Le diabète :

Le diabète est une maladie métabolique, caractérisée par la présence d’une hyperglycémie chronique.  ( taux de glucose dans le sang trop élevé )


Il y a une déficience au niveau de la sécrétion d’insuline ou une anomalie de l’action d’insuline sur les tissus. Le pancréas est chargé de réguler la glycémie dans le corps grâce à 1 hormone principale : L’INSULINE.

Il existe 3 différents diabètes :

  • De type I: ID – Insulino-dépendant.
    Production d’insuline faible voire nulle. Problème auto-immun, les cellules qui produisent l’insuline sont détruites. Donc pas de régulation glycémique possible. Il faut donc avoir recours aux injections d’insuline pour compenser.

 

  • De type II: NID – Non insulino-dépendant.
    Trouble de la production d’insuline. Celle-ci peut provenir de manière génétique ou environnementale (obésité, alimentation, sédentarité). L’insuline ne marche plus correctement et il y a des pics d’hyper ou d’hypoglycémie. L’activité physique, une bonne hygiène de vie et la réduction pondérale sont les meilleurs moyens pour réduire l’insulinoresistance.

 

  • Insulino-Requérant:
    C’est un diabète de type II, non traité correctement par l’alimentation et les médicaments, qui se transforme en type I.
    Le pancréas ne peut plus sécréter d’insuline car il s’épuise. Il faudra alors avoir recours à une bonne hygiène de vie et des injections d’insuline.

LES NOR MES :

Une glycémie à jeun =0.7-1 g/l  ou 4 – 5.6 mmol/l
Une glycémie après le repas = < 1.5 g/l ou 8.4 mmol/l

Diagnostic si suspicion de diabète :

Glycémie veineuse à jeun =  > 1.26 g/l
Glycémie veineuse hors période de jeun = > 2 g/l

Les complications :
Le diabète occasionne un problème au niveau du sucre dans le sang, mais au fur et à mesure, les micros vaisseaux du corps vont mourir car l’irrigation sanguine se fera moins bien qu’avant la maladie.
Il peut parfois y avoir des problèmes au niveau des extrémités des membres : pieds et mains. Des  troubles de la vue, rétinopathies, des problèmes rénaux, des néphropathies, tout cela dû à la mort des micro vaisseaux.

 

Diabète de type I :

Les objectifs principaux :
Il est primordial d’assurer un apport nutritionnel correspondant aux besoins du patient, il ne doit pas être en carences alimentaires.
Il faut privilégier une alimentation variée, équilibrée et diversifiée.
Favoriser l’activité physique.
Limiter les variations glycémiques et maintenir un IMC <25kg/m2.

 

Le régime alimentaire :

C’est un régime qui ne va pas bousculer la routine du patient, il peut être adapté et les modifications à faire sont légères.
Tout d’abord, il faudra que le patient ait une consommation de viande adaptée aux besoins, et éviter la surcharge de protéines pour le travail rénal.
Le point principal sur ce régime porte sur les glucides. Il va falloir repartir les glucides en fonction des repas sur la journée, et en fonction des insulines.
( 1 unité d’insuline = 10g de glucides ). On va privilégier les indices glycémiques bas et des sucres lents. (pâtes, riz, quinoa, pain complet, boulgour..)
En ce qui concerne tous les produits sucrés ( bonbons, chocolat, jus d’orange..) il devront être pris en toute petite quantité et en fin de repas.

JAMAIS EN PRISE ISOLÉS . (Suite à ceci, il peut y avoir une hyperglycémie réactionnelle.)

Il est indispensable d’avoir un apport en fibresà chaque repas. Les fibres alimentaires servent à diminuer l’IG du repas, maintenir une glycémie stable et éviter les hyperglycémies.
De manière générale, on privilégie les bonnes graisses (huile d’olive, colza, avocat, beurre cru).
Aucun soda n’est autorisé car trop concentré en sucres rapides. Pour l’alcool, il a un effet hypoglycémiant, donc autorisé à petite dose, pendant un repas avec prise de glucides. Pour une hydratation optimale c’est environ 1.5L/j d’eau.  

Les collations seront adaptées pour la personne diabétique.
Chaque produit sucré devra être placé à l’intérieur d’un repas. ( Les fruits comptent comme un produit sucré à IG moyen).
Cette collation doit être à base de féculents, exemple : une tranche de pain complet avec un morceau de fromage ou un yaourt.

Diabète de type II :

Les objectifs :

Limiter les variations glycémiques, éviter les facteurs de risques liés à l’alimentation, stabiliser ou corriger le poids, diminuer la sédentarité.

Le régime alimentaire :

Le régime alimentaire et sensiblement le même que pour le type I.
En cas d’obésité, les besoins du patient devront être plus faibles, avec un petit régime  hypocalorique établi par la diététicienne.
Au niveau des protéines, si c’est un cas d’obésité, on va augmenter légèrement pour le maintien de la masse musculaire, et on privilégie des viandes faibles en acides gras saturés. ( volaille, veau )
Pour les glucides, c’est pareil que pour un diabète de type I. On privilégie les IG bas, on ne grignote pas entre les repas, on consomme des glucides en fonction des prises d’insuline ( 1 unité d’insuline = 10g de glucides ).

On évite tous les produits sucrés et les sodas. Si on en consomme, c’est au cours d’ un repas. Apport de fibres à chaque repas !! Très important pour réguler la glycémie naturellement. Aliments riches en fibres : les fruits et les légumes, les pruneaux, framboises, noix de coco, oléagineux, légumes secs ( lentilles, pois chiches, haricots, petits pois), féculents complets, haricots verts, artichaut, aubergine, endive, poivron.

 

CONSEILS GÉNÉRAUX :

Il faut répartir les apports glucidiques dans la journée suivant les prises d’insuline.
Il faut privilégier les IG bas.
Consommer des graisses d’ajout, en petite quantité et crues : 10g de beurre cru dans les pâtes cuites. Privilégier les graisses végétales : huile d’olive, de colza..
Consommer 1 portion de fromage par jour (30g).
Choisir des viandes maigres. (poulet, dinde..)
Faire au moins 30 minutes de marche par jour.

L’HYPOGLYCÉMIE :

Diminution de la quantité de glucose contenue dans le sang.

Les signes cliniques : 

Les causes :

Repas sauté, quantité de glucides insuffisante, activité  physique trop élevée, dose d’insuline trop importante, prise du traitement sans prise alimentaire.

Que faut-il faire ? :

Dans l’immédiat, il faut prendre du sucre simple comme : 1 sachet de sucre ou une cuillère de miel ou du jus d’orange.
Par la suite, il faudra prendre environ 2 tranches de pain ou 2-3 biscottes.

Pratique d’une activité physique :

En prévention, il faudra augmenter les glucides pendant le repas/collation avant l’effort. Adapter le traitement si le médecin le demande.
Toujours contrôler sa glycémie avant/pendant/après l’effort.
Si hypoglycémie = il faut immédiatement arrêter l’effort et avoir à disposition un aliment sucré.

L’HYPERGLYCÉMIE :

Exagération de la quantité de glucose ( SUCRE ) contenue dans le sang.

Signes cliniques :

 

Mais aussi une faim et soif intense, une envie d’uriner plus importante, problème de vision, nausée, vomissement et/ou irritabilité.

Les causes :

Peut être due à la cortisone, absence du traitement, quantité de traitement insuffisante, excès de sucre, grignotage, sédentarité mais aussi à d’autres pathologies comme une infection, le stress, la fièvre, ou une maladie.

Que faut-il faire ? :

Tout d’abord, le contrôle régulier de la glycémie est important pour se rendre plus facilement compte quand il y a un dérèglement. Boire de l’eau et faire une activité physique comme de la marche ou du vélo, régulent la glycémie naturellement.
Une alimentation variée et équilibrée, riche en fibres et pauvre en sucres rapides.

RAPPEL :

Équivalences glucidiques :

POUR 50G de glucides :
100g de pain = 50gde glucides
1 kg de carottes = 50gde glucides
200g de riz =  50gde glucides

POUR 20G de glucides :
100g de banane = 20gde glucides
100g de féculent = 20gde glucides
1 fruit = 20gde glucides
1 yaourt sucré = 20gde glucides
150g de flageolets ou de petit-pois = 20gde glucides
100g de lentilles ou de mais = 20gde glucides

Si le repas contient 57g de glucides, alors la dose d’insuline devra être adaptée à 5.7 unités.  1 dose d’insuline = 10g de glucides.
L’insuline doit toujours correspondre au nombre de glucides que l’on consomme sur un repas pour pouvoir ensuite équilibré la glycémie.

L’indice glycémique :

L’IG classe les aliments contenant des glucides. Du taux de glucose dans le sang, du plus important au moins important. (durant les deux heures suivant leur ingestion).

IG BAS =  <50

IG MOYEN = 50 et 74

IG HAUT = > 75

Plus il est proche de 100, plus le pouvoir glycémiant est élevé.

A SAVOIR :

La teneur en graisse des aliments fait aussi chuter la glycémie. On doit  donc veiller à ne pas donner des aliments trop gras, car ils ont un IG BAS.
La cuisson, le mixage, la transformation des produits et la présence de fibres influent aussi sur l’IG.
Par exemple =Les pâtes al dente ont un IG plus bas que les pâtes très cuites.
Une pomme de terre a un IG plus bas qu’une purée.
Une orange a un IG plus bas que le jus d’orange.
Le riz complet a un IG plus bas que le riz blanc.

IG BAS IG MOYEN IG HAUT
Pâtes al dente ou complètes

Lentilles

Patate douce

Haricots secs

Petits pois

Pain noir

Pois chiches

Muesli nature

Quinoa

Légumes

Fructose

Riz brun

Kiwi

Orange

Banane pas trop mûre

Viande, Poisson Œuf

Oléagineux

Fromage

Chocolat 70%

Yaourt

Riz basmati

Ananas

Cerises

Figues séchées

Pain complet

Coulis de tomate

Chocolat au lait

Saccharose

Croissant

Carottes

Betteraves

Flocons d’avoine

Miel

Banane bien mûre

Pain blanc

Pâtes blanches

Corn-flakes

Galette de riz

Céréales

Biscuits

Viennoiseries

Frites

Pain de mie

Purée

Pain d’épices

Pâte de fruit

Dattes

Pomme de terre

Bonbon

Sucre

Soda

Glace

Jus d’orange

Confiture

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s