Végétarien et végétalien

Il est vrai qu’on entend, de plus en plus, parler du végétarisme et du végétalisme.
Peut-être ne vous êtes vous jamais penchés sur le sujet. Cet article est donc pour vous ! Je vous explique grossièrement les différents termes, le pourquoi du comment et quelles sont les différentes motivations de certains afin d’adopter une alimentation plus végétale.

FLEXITARIEN :
C’est un individu ayant choisi de suivre un régime végétarien mais qui pourtant consomme des produits animaliers de manière occasionnelle. Un flexitarien est donc une personne flexible sur sa pratique alimentaire.

VÉGÉTARIEN/VEGGIE :
C’est un individu ayant choisi d’exclure de son alimentation les produits animaliers, tels que le poisson et la viande.
Les lacto-végétariens : acceptent de consommer des produits laitiers.
Les ovo-végétariens : acceptent de consommer des oeufs.
Les ovo-lacto végétariens : acceptent de consommer des oeufs et des produits laitiers.
Les pesco-végétariens : acceptent de consommer des produits de la mer.

VÉGÉTALIEN :
C’est un individu ayant choisi d’exclure de son alimentation tous les produits provenant des animaux. Il ne consomme ni produits de la mer, ni viandes, ni produits laitiers, ni oeufs ou miel.

VEGAN :
C’est un individu qui est dit végétalien de par son alimentation, mais ayant également choisi de ne plus consommer des produits issus des animaux, comme la laine, le cuir. Il ne consomme pas de cosmétiques testés sur les animaux, et ne va pas au zoo/cirque… C’est un mode de vie à part entière, un mode de vie cherchant à exclure toutes formes d’exploitation et de cruauté envers les animaux.

Dans un prochain article, j’expliquerai comment consommer végétarien/végétalien, sans avoir des carences, en choisissant les meilleurs combos, avoir une alimentation la plus complète et saine. Si vous avez des questions précises, faites m’ en part afin que je les traite au mieux.

Néanmoins, j’aimerais vous parler plus en détails des motivations générales pour passer de l’ alimentation omnivore à une alimentation plus végétale. Il faut l’admettre, la consommation de produits animaliers augmente le risque de maladies, augmente le taux de pollution et favorise l’exploitation et la maltraitance animale.

Dans cet article, je parle d’élevages intensifs/industriels, et non des animaux issus d’élevages raisonnés par de petits producteurs. Je ne prends pas partie, j’explique la situation actuelle qui est un fait. Je documente ce que j’ai lu, vu et entendu.

Consommer des produit animaliers peut favoriser le risque de maladies cardiovasculaires, augmenter l’hypertension, l’obésité, le diabète, les pathologies osseuses et certains cancers.. Les acides gras saturés contenus dans ces produits forment des plaquettes d’atéromes dans nos artères pouvant engendrer des maladies cardiovasculaires, par exemple. La consommation de viande rouge est limitée au maximum à 2x/semaine ainsi que celle des poissons gras.

Les animaux d’élevages intensifs « vivent » souvent dans des conditions déplorables, victimes de maltraitance et d’exploitation, parfois sans avoir vus le jour, et abattus dans le stress. Leur alimentation céréalière est souvent à base d’OGM, « organismes génétiquement modifiés », avec des prises d’antibiotiques = la qualité de la viande ne peut être que de mauvaise qualité.



Il est important de bien se rendre compte que le bétail a un besoin énorme de ressources pour vivre. Une vache consomme entre 40 et 75kg de céréales par jour, donc environ 25 tonnes par an et boit environ de 60 à 120L d’eau par jour. Cela engendre une catastrophe écologique.
Ainsi, ce fonctionnement favorise le réchauffement climatique, pollue nos sols et l’eau, joue un rôle inévitable dans la déforestation et augmente les émissions de gaz à effet de serre et de méthane.

LE SAVIEZ-VOUS ?

  • Pour 1kg de steak, il faut : 13 000L d’eau. Pour 1kg de volaille: 4 300L, 5 500L pour 1kg de viande de mouton et 50L pour 1kg de lentilles.
  • 39% du gaz à effet de serre provient de la fermentation gastrique des animaux.
  • L’élevage est responsable à 50% de l’émission du gaz à effet de serre, et l’agriculture en globalité correspond à 72% des émissions en méthane.
  • 31% des stocks de poissons sont surexploités. Cela signifie qu’il y a un dérèglement de l’équilibre de l’océan. Les poissons n’ont plus assez de temps pour se reproduire.
  • L’agriculture a besoin de 1/3 des ressources mondiales en eau douce
  • L’agriculture a besoin de 1/3 de terres cultivables
  • L’agriculture a besoin de1/2 de la consommation mondiale en céréales.

*sources: FAO 2016, L’Organisation Mondiale de la Santé.

TOUT cela pour manger un morceau de viande à chaque repas ! Nous sommes prêts à détruire notre planète.. Imaginez quand nous serons 10 milliards, en 2050, à vouloir manger un steak frites le midi.

Aujourd’hui, il est important pour moi, professionnellement parlant, de prévenir, d’informer et de conseiller mes patients et mes lecteurs.

Chacun, à son échelle, peut faire en sorte de consommer plus responsable et en quantité réduite. Pour NOTRE planète, pour NOTRE santé, pour NOS animaux. Le plus important est de prendre conscience de nos actes et de se poser les bonnes questions.
Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, je vous recommande de regarder les documentaires « What the health » et « Cow spiracy » de Kip Andersen et Keegan Kuhn sur Netflix.

Ces décisions sont prises avec notre coeur…

À dimanche prochain, pour un article sur les Champignons !!

Emmie

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s