Le jeûne intermittent

De plus en plus de gens parlent de jeûne intermittent ou de fasting ! Qu’ils s’entraînent à jeun ou qu’ils ne déjeunent plus le matin …
Mais en réalité, en quoi consiste vraiment le jeûne et quels sont les effets sur l’organisme ?

Chez les souris et les singes, on a démontré que réduire la quantité de nourriture quotidienne rallonge l’espérance de vie. Cependant, réduire ses apports alimentaires peut engendrer des inconvénients importants comme : ralentir le métabolisme, perte d’énergie, perte musculaire, la concentration s’affaiblit, le stress et l’anxiété augmentent. La restriction calorique peut devenir un danger sur le long terme. Ce n’est pas une alimentation que l’on peut garder à vie, et un jour ou l’autre, on retourne vers une alimentation plus riche. Le métabolisme se met en mode « survie » et il stocke tout ce que l’on mange. L’effet yoyo, c’est donc ça !!

On découvre que grâce au « fasting » ou au jeûne, on ne bénéficie que des effets positifs. C’est une pratique alimentaire se traduisant par: manger sur une durée de 8h par jour, et jeûner sur une période de 16h. Par exemple : on mange entre midi et 20h, et on jeune de 20h à 12h. Evidemment, il est important de continuer à bien s’hydrater tout au long de la journée, même pendant le jeûne. On peut pratiquer cette méthode quelques jours par semaine, ou tous les jours, ou seulement 1 jour par semaine. C’est selon vos envies, vos besoins et vos attentes.
Le jeûne permettrait à notre organisme de se mettre vraiment au repos pendant quelques heures.


Attention, il est important de comprendre que même si on « saute » un repas, les calories non consommées doivent être reportées sur la période ou l’on mange. Le but n’étant pas d’être en restriction calorique, mais d’espacer les repas afin de mettre le système digestif au repos.


Les effets du jeûne sur la santé seraient principalement une diminution des pics d’insuline, du taux de cholestérol, réduction du stress oxydatif, de la pression artérielle, de l’inflammation… Il pourrait également rééquilibrer votre appétit ainsi que votre énergie et prévenir de certaines maladies comme le cancer. Il est possible de perdre de la masse grasse si le jeûne intermittent est bien appliqué. Durant ses 16h, le corps puise dans ses réserves afin de trouver de l’énergie. Il va donc chercher dans les stocks de glycogènes, ce qui peut aider à brûler la couche de graisse superflue.

Le jeûne se pratique suivant le mode de vie. Il est possible de commencer le jeûne à 18h et de reprendre sa prise alimentaire à 10h. Il suffit simplement de respecter cette phase de 8-16h. Connaître ses besoins caloriques sur la journée est indispensable, afin de les répartir au mieux sur les 8h. Comme expliqué plus haut, le but n’est pas de sauter un repas volontairement, dans l’objectif de manger moins. Le jeûne n’est pas un régime pour perdre du poids. Il sert à retrouver ses sensations de faim, son énergie, savoir mettre le corps au repos complet, libérer les toxines et remettre à 0 les différents processus de l’organisme.

La pratique du sport et le jeûne :

Il est difficile de donner un avis tranché car il peut y avoir des bienfaits mais également des méfaits. Cela dépend aussi des objectifs du sportif. La principale source d’énergie, pour le corps et les muscles, est les glucides (féculents). Si c’est un sportif de haut niveau qui, dès le matin, doit atteindre des objectifs, le jeûne peut réduire les performances par manque d’énergie. Si l’entraînement se déroule pendant la période alimentaire, alors le corps contient assez d’énergie et de nutriments pour donner la force au sportif et faire de bonnes performances.

Attention, la prise alimentaire avant un entraînement doit se faire au moins 2h avant, pour ne pas qu’il y ait une digestion pendant la pratique sportive.


Pour les sportifs amateurs, faire une petite séance de sport à jeun permet d’éviter les ballonnements, de taper dans les stocks de glycogènes et de se sentir mieux pendant l’activité physique, « plus légère avec plus d’énergie ».

Dans tous les cas, il est important de consulter un(e) diététicien(nne), afin de mettre au point des prises alimentaires concrètes pour ne pas être en carences et ne pas manquer d’énergie. Dans ces conditions, il est important de tester cette pratique afin de définir si elle vous convient ou non.
On se retrouve la semaine prochaine pour un article sur les fruits et légumes du mois de Novembre.

Emmie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s